Rechercher

Comment équilibrer un mix ?


C'est une des questions qui revient le plus souvent de la part des apprentis ingés son. Même si c'est technique, c'est aussi un des moments du mix qui va faire le plus appel à votre sens artistique. C'est à ce moment-là que l'artiste, le producteur et vous-même allez déterminer si "ça sonne" ou pas. Et vous savez bien que ce qui sonne pour l'un peut être insupportable pour l'autre...

Nous allons nous attarder sur l'équilibre tonal. Car la balance (l'équilibre entre les instruments) dépend plus du style de musique, du son voulu par l'artiste, de sa sensibilité, un peu de la vôtre aussi.


Première chose : il vous faut une bonne écoute. Ce qui sous-entend de bons moniteurs, mais surtout une pièce traitée. Je vois encore trop souvent des "studios" installés dans des pièces aux parois lisses, sans traitement, avec même des baies vitrées. Il est juste impossible de bosser et d'équilibrer quoi que ce soit dans ces conditions. Le studio installé dans un coin du séjour, c'est niet. Il faut une bonne reproduction amortie : du grave, ce qui est difficile, à l'aigu, ce qui est plus aisé.


L'équilibre tonal commence par la base, et pour moi, la base ce sont les graves. C'est là-dessus que vont se poser toutes les autres fréquences, c'est le bas de la pyramide. Et bien entendre les graves c'est très important, d'où l'épineuse question du caisson.

La plupart des gens considèrent que le caisson va rajouter des graves à outrance, et je pense que c'est faux. Un bon caisson bien réglé va étendre la réponse du système vers le bas, et non pas rajouter du grave. Notez qu'un caisson ne s'installe bien que dans une salle traitée, et tout cela se mesure avec un micro dédié et le logiciel qui va bien ; c'est un autre sujet, et beaucoup d'autres l'ont déjà bien traité, je vous laisse rechercher sur Youtube.


Je mixe beaucoup de styles, mais si je mixe autre chose que des musiques urbaines et que je mets du grave bien rond sur une grosse caisse, j'entends très souvent dire "hey, ce n'est pas du rn'b !"... Mais qui a décidé que le grave profond devait être absent du pop rock et des musiques acoustiques ? Bref, les basses c'est un débat sans fin, on en reparlera certainement ici.

Je ne vous ferai pas d'explication sur un mix entier instrument par instrument, mais l'équilibre commence au mix, et tout est question de compensation. Voilà par exemple comment je traite

une batterie : je gonfle bien ma grosse caisse dans le grave, vers 40-60Hz (et ça vous ne pourrez bien l'entendre qu'avec un caisson, ou de gros moniteurs descendant bas), mais je risque de remonter ces graves désagréables vers 100Hz qui en plus donnent un son de tonneau, il faut donc les atténuer. Et en fait ça va laisser de la place à la basse pour s'installer. Bien entendu, on n'invente pas des graves s'il n'y en a pas ; et si vous avez vous-même enregistré cet instrument, vous savez qu'il faut l'écouter dans la pièce pour le ressentir en vrai avant de retourner en cabine...

Même chose pour la caisse claire qui doit claquer, sans envahir le bas medium, puis les charleys que je préfère fins et aériens.

Et ça va aller comme ça d'instrument en instrument jusqu'au mix final, qu'il faudra peut-être égaliser aussi pour l'équilibrer ; c'est là que votre jugement intervient : pas assez de basses : ça manquera d'énergie. Trop de basses, ce sera mou et fatiguant. Si ça manque de medium le son sera creusé et désagréable tout autant que s'il y en a trop et là ce sera en plus agressif. S'il y a trop peu d'aigus, le son sera sourd, étouffé, manquant de définition, et s'il y en a trop, là aussi ce sera agressif. Il faut doser tout cela.

Pour s'y retrouver, il faut écouter beaucoup de musique, les titres que vous préférez, représentatifs du son que vous voulez atteindre, vous imprégner du son de votre système : vous devez le connaître par chœur. À noter, réglez votre balance sur le moment le plus chargé du morceau ; le faire sur l'intro ou un couplet bien calme est une mauvaise idée.

C'est là que vous pouvez comparer votre son avec ces titres commerciaux que vous aimez et connaissez bien, mais pour vous aider vous pouvez utiliser les plugs que vous avez sous la main et recréer une courbe semblable.

Comme par exemple sur Samplitude, la dynamique multibande. Perso, j'utilise le Fabfilter qui est excellent, ou Ozone d'Izotope. Une autre solution est de séparer le son en 3 bandes, et de régler les 3 bandes à la main. Et s'aider visuellement avec un plug affichant la courbe de réponse.

Cela peut se faire par automatiquement avec des plugins comme Reference, ou Ozone d'Izotope...

Le travail en M/S (mid/side) peut être aussi très intéressant, pour par exemple donner du punch en travaillant bien les basses sur le mid et les atténuer sur le side, ou donner de l'air en boostant un peu les aigus sur le side sans toucher au mid.


Réessayez à faible volume. Avec une bonne écoute, vous serez surpris de remarquer à quel point on entend tout, et comment certains défauts vous sautent à la figure, plus qu'à fort volume quand vous êtes "noyé" dans le son.

Et puis ensuite, il y a l'épreuve de l'écoute sur d'autres systèmes : le casque, la chaîne hifi du salon, la voiture, le poste pourri qui traîne dans la cuisine ou le garage. Si ça sonne bien partout, c'est gagné. Et plus encore s'il sonne aussi bien en mono qu'en stéréo, bien qu'aujourd'hui on commence à entendre des mixes très large, voire carrément hors phase sur certains instruments (impossible donc à graver sur un vinyle) ; une technique assumée, visant à avoir deux mixes en un : très large et baigné de synthés en stéréo, punchy et recentré sur la voix et la rythmique en mono. Le débat est ouvert et est très animé sur les réseaux sociaux. Approfondissons le sujet ensemble si vous le désirez, ici en commentaire, sur Facebook, ou sur ma chaîne Youtube.


3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout